Mes cours de philosophie. Ordre ou désordre? Maryse Emel

L'antiphilosophie risque, par sa stérilisation et le tarissement à la source, de fabriquer une génération d'abrutis manipulables et parfaitement dociles, incapables non seulement de réagir, mais de comprendre l'enjeu" V.Jankelevitch

Rousseau: amour de soi ; amour propre

Publié par maryse.emel in la conscience, Rousseau Second Discours

 

   "Quand je vois chacun de nous sans cesse occupé de l'opinion publique étendre pour ainsi dire son existence tout autour de lui sans réserver presque rien dans son propre coeur, je crois voir un petit insecte former de sa substance une grande toile par laquelle seule il paraît sensible tandis qu'on le croirait mort dans son trou. La vanité de l'homme est la toile d'araignée qu'il tend sur tout ce qui l'environne. L'une est aussi solide que l'autre, le moindre fil qu'on touche met l'insecte en mouvement, il mourrait de langueur si l'on laissait la toile tranquille, et si d'un doigt on la déchire il achève de s'épuiser plutôt que de ne la pas refaire à l'instant. Commençons par redevenir nous, par nous concentrer en nous, par circonscrire notre âme des mêmes bornes que la nature a données à notre être, commençons en un mot par nous rassembler où nous sommes, afin qu'en cherchant à nous connaître tout ce qui nous compose vienne à la fois se présenter à nous. Pour moi, je pense que celui qui sait le mieux en quoi consiste le moi humain est le plus près de la sagesse et que comme le premier trait d'un dessin se forme des lignes qui le terminent, la première idée de l'homme est de le séparer de tout ce qui n'est pas lui."

 

Rousseau, Second discours, 1755, T. IV, p. 1112-1113.

 

Connais-toi toi-même…Cette injonction de l’oracle de Delphes, Rousseau la reprend ici pour la clarifier et en montrer la justesse.

Ce texte opère une distinction entre amour propre et amour de soi.  Pour Rousseau la solitude est retour à soi et séparation d’avec autrui. Il ne s’agit pas d’un refus misanthropique d’autrui mais de la mise n place des conditions de la véritable sagesse.

Le texte s’articule ainsi :

Dénonciation de la mondanité des hommes et leur goût pour tramer des relations sociales qui visent d’abord à satisfaire son orgueil et amour-propre. (métaphore « filée » de l’araignée et de sa toile).

Se connaître passe  par un retour sur soi. Autrui apparaît comme une entrave à la connaissance de soi.

L’amour de soi est acte de séparation et non amour propre. Se connaître est  mise à distance du monde pour se retrouver et être « au plus près » de la sagesse.