Mes cours de philosophie. Ordre ou désordre? Maryse Emel

L'antiphilosophie risque, par sa stérilisation et le tarissement à la source, de fabriquer une génération d'abrutis manipulables et parfaitement dociles, incapables non seulement de réagir, mais de comprendre l'enjeu" V.Jankelevitch

a-t-on tort d'avoir raison trop tôt?

Publié le 4 Janvier 2011 par maryse.emel in raison

 

 

"mes inquiétudes subsistaient, mais je les dissimulais comme des crimes, c'est avoir tort que d'avoir raison trop tôt"

M.Yourcenar, Mémoires d'Hadrien, p.100

il est souvent fort peu raisonnable d'avoir trop tôt ou trop complètement raison

Marie d' Agoult Esquisses morales

 

Cassandre (ou parfois Alexandra) était réputée pour sa grande beauté et elle eut de nombreux soupirants comme Othryonée de Cabésos en Thrace ou Coroebos, fils de Migdon, qui apportèrent leur soutien à Priam à condition toutefois de pouvoir l'épouser un jour. 
Elle fut aussi aimée d'Apollon et elle se promit à lui en échange de l'apprentissage de l'art de la divination.

Cassandre
Ajax enlève Cassandre (Pompéi)

Mais une fois instruite, elle n'accorda Apollon qu'un simple baiser en se moquant de sa naïveté. Alors le dieu, qui ne pouvait reprendre son don, lui retira le pouvoir de persuader et malgré l'exactitude de ses prédictions, personne ne la croyait jamais:
• le malheur résultant du voyage à Sparte dePâris qu'elle avait reconnu lors des jeux funèbres.
• Elle prévient Oenone de l'inanité de l'amour de Paris (Ovide, Héroides 8,115) 
• le danger du cheval de Troie.
• la destruction totale de Troie.
• la mort d'Agamemnon et sa propre mort.

De plus Cassandre était sujette à de terribles crises d'épilepsie avant ses prophéties, c'est pourquoi on la croyait folle et ses prédictions n'étaient pas prises au sérieux depuis qu'Apollon lui avait ôté le don de persuasion.
Cette partie de la légende n'est pas relatée chez Homère ( Iliade chant XIII et XXIV et Odyssée chant XI) qui ne mentionne pas ses dons de prophétie et raconte seulement qu'elle était la plus belle des filles de Priam mais elle est intégrée dans les traditions plus tardives comme par exemple dans l'Orestie d'Eschyle ou dans les Troyennes d'Euripide. 

 Cassandre par E. de Morgan
Ø Cassandre 
par E. de Morgan

Lors de la prise de Troie, elle vit Coroebos mourir devant ses yeux et elle fut violée parAjax, fils d'Oïlée, alors qu'elle était refugiée dans le temple d'Athéna et agrippée au Palladium, Pour expier ce sacrilège, les Locriens furent condamnés à envoyer chaque année à Troie, pendant deux jeunes filles vierges destinées à être les servantes du temple d'Athéna; si les habitants s'en emparaient avant qu'elles arrivent au temple, elles étaient mises à mort. Ce tribut aurait persisté jusqu'au IIe siècle de notre ère.

Après le sac de Troie, elle fut donnée comme captive à Agamemnon, et fut tuée avec le roi à Mycènes par Clytemnestre et son amant Egisthe comme elle l'avait d'ailleurs prédit peu de temps avant. Toutefois certains auteurs lui attribuent deux fils jumeaux Télédamos et Pélops qui périrent en même temps que leur mère.

Après sa mort elle fut l'objet d'un culte sous le nom d'Alexandra et elle eut un temple à Dardanos et un à Leuctres. Ce temple et sa statue étaient célèbres car il offrait un refuge aux jeunes filles qui voulaient échapper à un mariage forcé.

 

 

 

a-t-on tort d'avoir raison trop tôt? 

Trot tôt par rapport à quoi? Par rapport à l'état des connaissances? la réception du public? 

Il y a du flou en effet dans cette affirmation..

 

Pour Hegel, Jakob Boehme était " le premier philosophe allemand ".
Né en 1575, mort en 1624, il composera une vingtaine d'ouvrages sans pouvoir les faire connaître.
Le premier d'entre eux l'ayant fait condamner comme hérétique et emprisonner, il ne put obtenir sa liberté qu'à la condition de renoncer a écrire.
Rien de surprenant à cette condamnation.
Comme Galilée, Jakob Boehme avait raison trop tôt.
Sa pensée, proche par certains aspects de celle de Teilhard de Chardin, annonçait la vision du monde née des découvertes de la physique contemporaine.

Einstein est le père de la théorie de la relativité restreinte...

Trois siècles plus tôt, Galilée et Newton établissaient le principe de relativité, guère différent de celui qu’Einstein emploie en 1905 pour sa « restreinte ».

      Cassandre avait raison..mais personne ne l'entendait..

Des exemples qui soulignent que la raison n'est pas toujours assez puissante pour avoir raison..Paradoxe de la raison...Cela nous donne à penser qu'il faut plus que la raison pour emporter l'adhésion de l'auditoire (c'est le problème de Cassandre) et que la vérité entretient un rapport au temps qui mérite qu'on s'y arrête quelques instants afin de clarifier la démarche de la rationalité dans sa quête de la vérité...ainsi le discours scientifique n'est-il pas toujours reçu. Prenons l'exemple de ce que les grecs appellent les nombres irrationnels et que Platon présente par exemple dans Ménon. Ces nombres aujourd'hui utilisés de façon banale faisaient peur...ainsi la légende raconte-t-elle que l'élève de Pytagore qui prit le risque de jouer avec eux périt en mer suite à une tempête subite...Avoir  raison trop tôt peut ainsi être dangereux..Copernic ne fut-il pas aussi brûlé..pour avoir joué avec le feu..de la connaissance scientifique?

cependant il s'agit de réfléchir si on a tort d'avoir raison trop tôt..Etre devin en son temps, percevoir des lueurs là où les autres ne voient rien..cela va-t-il contre la raison, ou cela appartient-il à la démarche de la raison? En d'autres termes la raison peut-elle s'ouvrir à l'imprévu..? tel est aussi le sens de cette question.

Avoir raison trop tôt peut inquiéter...au point que Galilée par exemple fut condamné et eut un procès pour avoir sorti la raison des chemins où on l'attendait...

la raison doit-elle alors se taire parfois?

Il s'agit cependant de comprendre que l'on a raison trop tôt soit pour des interlocuteurs, soit pour la vérité elle-même. D'un côté il faut donc s'interroger sur la force persuasive du discours ( et dans ce cas parfois avoir raison peut se rapprocher d'avoir raison de..abattre, tel le loup dans la fable de La Fontaine..a-t-elle alors encore un rapport avec la vérité?). D'un autre côté il faut interroger la démarche de la vérité et examiner par exemple les limites internes à ce discours de la raison scientifique qui dépend d'expérimentations et d'une technique pas toujours suffisante pour pouvoir établir la vérité d'une théorie. Mais dans ce second cas on demeure dans la démarche de la raison qui ne peut échapper au risque de l'erreur...cependant l'erreur à la différence de l'illusion appartient en propre à la construction de la vérité...

 

Avoir tort..

lisons cette Fable de La Fontaine

J'ai lu dans quelque endroit qu'un Meunier et son fils, 
L'un vieillard, l'autre enfant, non pas des plus petits, 
Mais garçon de quinze ans, si j'ai bonne mémoire, 
Allaient vendre leur Ane, un certain jour de foire. 
Afin qu'il fût plus frais et de meilleur débit, 
On lui lia les pieds, on vous le suspendit ; 
Puis cet homme et son fils le portent comme un lustre. 
Pauvres gens, idiots, couple ignorant et rustre. 
Le premier qui les vit de rire s'éclata. 
Quelle farce, dit-il, vont jouer ces gens-là ? 
Le plus âne des trois n'est pas celui qu'on pense. 
Le Meunier à ces mots connaît son ignorance ; 
Il met sur pieds sa bête, et la fait détaler. 
L'Ane, qui goûtait fort l'autre façon d'aller, 
Se plaint en son patois. Le Meunier n'en a cure. 
Il fait monter son fils, il suit, et d'aventure 
Passent trois bons Marchands. Cet objet leur déplut. 
Le plus vieux au garçon s'écria tant qu'il put : 
Oh là ! oh ! descendez, que l'on ne vous le dise, 
Jeune homme, qui menez Laquais à barbe grise. 
C'était à vous de suivre, au vieillard de monter. 
- Messieurs, dit le Meunier, il vous faut contenter. 
L'enfant met pied à terre, et puis le vieillard monte, 
Quand trois filles passant, l'une dit : C'est grand'honte 
Qu'il faille voir ainsi clocher ce jeune fils, 
Tandis que ce nigaud, comme un Evêque assis, 
Fait le veau sur son Ane, et pense être bien sage. 
- Il n'est, dit le Meunier, plus de Veaux à mon âge : 
Passez votre chemin, la fille, et m'en croyez. 
Après maints quolibets coup sur coup renvoyés, 
L'homme crut avoir tort, et mit son fils en croupe. 
Au bout de trente pas, une troisième troupe 
Trouve encore à gloser. L'un dit : Ces gens sont fous, 
Le Baudet n'en peut plus ; il mourra sous leurs coups. 
Hé quoi ! charger ainsi cette pauvre bourrique ! 
N'ont-ils point de pitié de leur vieux domestique ? 
Sans doute qu'à la Foire ils vont vendre sa peau. 
- Parbleu, dit le Meunier, est bien fou du cerveau 
Qui prétend contenter tout le monde et son père. 
Essayons toutefois, si par quelque manière 
Nous en viendrons à bout. Ils descendent tous deux. 
L'Ane, se prélassant, marche seul devant eux. 
Un quidam les rencontre, et dit : Est-ce la mode 
Que Baudet aille à l'aise, et Meunier s'incommode ? 
Qui de l'âne ou du maître est fais pour se lasser ? 
Je conseille à ces gens de le faire enchâsser. 
Ils usent leurs souliers, et conservent leur Ane. 
Nicolas au rebours, car, quand il va voir Jeanne, 
Il monte sur sa bête ; et la chanson le dit. 
Beau trio de Baudets ! Le Meunier repartit : 
Je suis Ane, il est vrai, j'en conviens, je l'avoue ; 
Mais que dorénavant on me blâme, on me loue ; 
Qu'on dise quelque chose ou qu'on ne dise rien ; 
J'en veux faire à ma tête. Il le fit, et fit bien. 

Quant à vous, suivez Mars, ou l'Amour, ou le Prince ; 
Allez, venez, courez ; demeurez en Province ; 
Prenez femme, Abbaye, Emploi, Gouvernement : 
Les gens en parleront, n'en doutez nullement. 

 

si on prête attention à la fin du texte, on comprendra où nous voulons en venir

 

Beau trio de Baudets ! Le Meunier repartit : 
Je suis Ane, il est vrai, j'en conviens, je l'avoue ; 
Mais que dorénavant on me blâme, on me loue ; 
Qu'on dise quelque chose ou qu'on ne dise rien ; 
J'en veux faire à ma tête. Il le fit, et fit bien. 

 

Qui en effet peut dire que j'ai tort...c'est à la raison elle-même d'en décider.
Si c'est dit par une personne, on cherchera souvent en vain quel est le critère qui la détermine dans son jugement. Ce critère risque fort comme dans le cas de cette Fable, d'être confus et affectif.
ainsi seule la raison peut reconnaître qu'il est trop tôt...c'est la raison qui mesure l'écart entre l'état actuel des connaissances et une hypothétique Idée non encore réalisée mais qui donnera du sens à ce que l'on réfléchit. reconnaître qu'il est trop tôt ce n'est pas cependant nécessairement affirmer que j'ai tort. La raison est mesure. Pour  pouvoir affirmer que j'ai tort il faut que cette raison ait une vision de l'avenir...qu'elle sache ce qu'il en est de la vérité à venir...elle doit alors se faire métaphysicienne.
Cette raison qui voit l'avenir, elle est un peu comme Cassandre..rarement entendue..
Commenter cet article